Ma retraite ? Quelle retraite !

Ma retraite ? Quelle retraite !

Ce n’est pas l’âge qui va m’empêcher de….
Croyez-moi à de multiples reprises, je me suis parlée dans le blanc des yeux afin de ne pas
m’apitoyer sur mon sort et à me dire ok jo-ce-ly-ne…t’es belle t’es bonne, t’es capable…On
regarde en avant de nouveaux horizons t’attendent. Effectivement depuis que j’ai pris ma
retraite de T.V.A. la vie s’est montrée extrêmement généreuse à mon égard! Ce n’est pas
malgré l’âge, mais grâce à mon âge, si je puis vivre et faire tout ce qui m’arrive depuis que
j’ai quitté mon entreprise en 2008. Mais il est prouvé qu’un 68 ans d’aujourd’hui équivaut à
58 ans il y a 15 ans. Donc règle générale nous sommes plus en forme que nos parents ne
l’étaient parce-que notamment nous sommes mieux et plus informés.
Alors! On parle de quoi quand on parle de retraite?

À mon avis le mot retraite est associé à la santé mentale et physique, l’aspect financier, le
réseau, l’habitation, les projets et bien sûr les deuils. Tous des mots qui ont leur importance,
des mots pas banal si on sait bien les identifier, les intégrer dans nos vies et les accepter, si
on veut avancer en âge le plus sereinement possible. -

Vous savez sans doute qu’une révolution démographique est en cours dans le monde. Au
Québec en 2019, il y a plus de 1,550 millions de personnes âgées de 65 ans et plus et au QC et 200,000 de 85 ans et plus.

D’ici 2030 nous serons plus de 25% de la population au Québec à avoir 65 ans et plus.
Actuellement le nombre de personnes âgées de 60 ans et plus dans le monde est de
quelque 600 millions ; Ce chiffre doublera vers 2025 et atteindra deux milliards vers 2050, dont la majorité dans les
pays en développement. ouff!!!! j’veux pas voir ça !!

Mais je vous annonce que c’est terminé les has been. Les possibilités pour les baby-
boomers sont multiples. D’ailleurs, la Fédération des Chambres de commerces du Québec
(FCCQ) proposait en 2018 de repousser l’âge légal de la retraite à 67 ans pour pallier la
pénurie de main-d’œuvre. J’entends des retraités qui fustigent!

Dans mon cas c’est particulièrement important de demeurer active, d’une part parce-que je
suis un hyperactive, j’ai besoin de me sentir utile et aussi dois-je l’avouer. Quand on me dit :
je te croyais à la retraite, je réplique : je ne suis pas à la retraite, j’ai quitté mon entreprise
pour faire autre chose. Et cette autre chose pour chacun de nous, ça peut être de s’occuper
de sa famille, ça peut être du bénévolat, du mentorat, à vivre du bon temps avec ses amis,
sa famille, les possibilités sont multiples et ou d’accepter des mandats.
Le père d’une amie d’enfance, qui était notaire et aussi musicien, lorsqu’il a pris sa retraite, a
formé une chorale en Floride pendant plusieurs années. À chaque hiver, il offrait des
concerts pour les Snowbirds.

Je me présente : Je suis le parfait prototype de la génération née au début des années 50.
Tellement, qu’une journaliste m’a un jour lancé, alors que j’amorçais ma cinquantaine, que je
devrais songer à laisser ma place aux plus jeunes. Ce fut mon premier choc des
générations. J’étais une sale baby-boomer qui s’accrochait à la vie, à la « job », je faisais de
l’ombre à la génération –X- qui tentait de se faire une place au soleil.
À 57 ans, j’ai saisi l’occasion et ce n’était pas pour faire plaisir à cette journaliste. J’ai
découvert que je correspondais à 42 pour cent des nouveaux retraités du Québec en 2009-
2010 qui avaient moins de 60 ans.

Ce qui contraste avec la situation observée ailleurs au pays : Les proportions sont
respectivement de 27 % et de 32 % dans l’ouest canadien et en Ontario.
D’autre part, seulement 22 % des retraités québécois ont 65 ans et plus au moment de leur
sortie du marché du travail. Chiffres qui proviennent de l’institut de la Statistique du Québec.
Sommes-nous plus paresseux, plus fatigués, ou plus pressés de jouir du temps qui reste?

Tous les baby-boomers du Québec n’ont peut-être pas la même chance et doivent encore
gagner leur pain durement. Surtout lorsqu’on vit une rupture de couple après quelques
dizaines d’années, les plans de retraite peuvent changer radicalement.

On se comprend qu’au 21 ième siècle, il nous faut redéfinir le mot retraite !!

C’est ce que je vous propose dans un prochain texte.

*Entrevue réalisée sur les ondes de QUB radio : Retour sur son blogue: « Ma retraite? Quelle retraite!». Bien préparer sa retraite, bien préparer ses projets.

Écouter l'entrevue: https://www.qub.radio/balado/on-est-pas-oblig-d-tre-d-accord-sophie-durocher/episode/jocelyne-cazin-bien-pr-parer-sa-retraite-bien-pr-p