L’importance d’intégrer des gens différents de nous

Pour célébrer l’arrivée de 2020, j’ai invité mes amis de Rock et Belles Oreilles au restaurant.  C’était aussi une façon de remercier Guy A., Yves et André de m’avoir écrit une préface pour mon livre « Les Dix commandements de Bruno Landry », inspiré de la conférence que je présente depuis plus de deux ans.

Dans la conférence et le livre, je parle beaucoup du travail d’équipe et de l’importance d’intégrer des gens différents de nous.

Si vous le voulez bien, on va risquer une définition de ce que devrait être une véritable équipe en paraphrasant Steve Jobs : une équipe est une entité dont « le tout est meilleur que la somme des parties ». 

Je crois que c’était le cas avec RBO. Nous étions quatre gros égos qui ont accepté de jouer en équipe.

On peut faire un parallèle avec le sport. Au hockey par exemple, l’équipe la plus performante n’est pas toujours celle qui est composée des meilleurs talents. La meilleure équipe comporte souvent des individus qui ont appris à jouer ensemble et dont la contribution au groupe est très efficace, avec tout le monde assis sur la bonne chaise. 

Pensez aux nombreux échecs des équipes russes aux Jeux olympiques ou dans les grands tournois internationaux. Elles avaient souvent les meilleurs joueurs sur le plan individuel, les Malkin, Datsyuk et tous les autres noms se terminant en «-in», « -ov » et « -ev » (comme Daizinn, Bestov et Jemmachev). Mais ces équipes n’ont réussi que très rarement à en faire un tout. 

Toujours au hockey, le parcours improbable des Golden Knights de Las Vegas à l’occasion des séries éliminatoires de 2018 (ils ont atteint la finale) illustre bien mon propos: ces rejets d’autres équipes carburaient à l’idée de confondre les sceptiques et ont développé un esprit de corps redoutable. 

C’est tout un art de travailler avec les autres. On n’aime pas tout le monde et ce n’est pas tout le monde qui nous aime. 

On a souvent l’impression de faire des compromis à répétition. 

D’ailleurs, vous connaissez ma définition d’un compromis ? Un compromis est un geste qui nous paraît beaucoup plus difficile à faire à nous, alors qu’il paraît tellement plus simple lorsque ce sont les autres qui le font. Et qu’on pense souvent (à tort) être le seul à faire. 

Cela étant dit, est-ce possible de trouver une motivation pour travailler avec ceux qui nous entourent, malgré les différences ? 

Oui, c’est possible. Comment ? 

En déterminant l’objectif commun qu’on cherche tous à réaliser. 

Et, lorsqu’on a déterminé cet objectif commun, on doit faire en sorte que tout le monde travaille à l’atteindre, ce qui contribue à développer un sentiment d’appartenance. 

Pour ça, on a besoin des talents de tous, pas juste des 
gens avec qui on aime bien aller prendre un verre après
 les heures de bureau (ou aller au restaurant pour fêter l’avènement de 2020 !).

Et vous, dans votre travail, quel est votre objectif commun ? 

Réussissez-vous à utiliser les talents de tous ceux qui vous entourent pour y parvenir? 

Ce n’est pas toujours évident, mais il existe des façons concrètes pour nous aider à y arriver… vous viendrez voir ma conférence, on va s’en jaser !

À très bientôt !