Conférencier

Luc Senay

Comédien et conférencier professionnel
demande d'information

Conférencier, motivateur

Comédien, animateur, metteur en scène et auteur à ses heures, il enseigne l’improvisation au département de théâtre de l’Université du Québec à Montréal et à l’école Nationale de l’Humour de 1990 à 1993. Membre de la Ligue Nationale d’Improvisation depuis 1986, il donne des stages en France, Italie, Belgique, en milieu carcéral au Québec et à Ikaluit en terre de Baffin.

À la télévision, Luc Senay défend différents rôles : La Pince dans « Gypsie » d’Arlète Cousture, le Mal Aimé dans « Joyeux Calvaire » de Denis Arcand, Dany dans « Durocher le Milliardaire » de Robert Gravel, pour ne nommer que ceux-ci. Au théâtre, il œuvre durant plus de 9 années auprès de Robert Gravel au Nouveau théâtre expérimental. Au théâtre d’été, il participe à plus de 11 productions dont : « Camping », « Les vrais Hommes » et « La grosse vie. » 

Il est également de la distribution du spectacle « Ladies night ».

Il a remporté un  « Gémeaux » interprétation premier rôle pour la série web « Col bleu ».

Comme animateur et auteur à la télévision, il débute à Radio-Canada avec « L’Intrigue » et « Déclic. » Par la suite, il anime durant 5 années le jeu « La Guerre des Clans » à TQS. Il est le codirecteur artistique et animateur de l’émission « Improvissimo » et « National d’Impro Juste pour Rire » à Télé-Québec. Il est aussi l’animateur du « Mondial d’Impro » à TV5 et Canal comédie en France.

Luc Senay a été porte-parole pour la fondation Claude Saint-Jean durant 4 années, également pour « Vision Mondiale » durant 3 ans. Cette dernière expérience l’a amené en Afrique pour les tournages de l’émission. Durant 5 ans, il organise un spectacle afin de venir en aide aux familles qui accueillent les enfants victimes de la tragédie de Tchernobyl. De 1997 à 2003, il est le porte-parole national pour le Regroupement québécois du parrainage civique.

 

Afin de partager ses expériences il agit maintenant comme conférencier auprès de diverses entreprises.

 

Syllabus de « Comment se dépasser sans se fatiguer »

Contenu:

La prémisse est simple. Je suis une batterie. 

Je ne dois jamais confondre mon potentiel et ma capacité à refaire le plein d’énergie. 

L’énergie, je dois m’en abreuver aux bornes qui m’entoure. 

Comment ? Je cherche les forces vives chez l’autre.

En enseignement de l’art, l’improvisation ou le jeu comique, je cherche à faire émerger le talent de l’autre.

Sur un plateau de cinéma, il y a une armée d’artisans qui oeuvrent dans le même sens, raconter une histoire.

Durant une improvisation je dois composer avec quelqu’un que je ne connais pas. Pourtant il est ma source. 

Je ne dois pas aspirer l’énergie de l’autre, mais laisser l’autre respirer. 

Valoriser la détente et l’ouverture pour une disponibilité totale.

Bref, éviter de vider ma batterie inutilement.

 

Contenant:

J’utiliserai la participation de volontaires afin d’illustrer mon propos. Il y a une série d’anecdotes pour démontrer les pièges de l’épuisement.